Grande fantaisie, Nancy, 2010

Pour cette exposition, Massinon adopte une technique qu’il a peu expérimentée jusqu’alors, l’aquarelle sur papier, pour « aller plus vite » dit-il. Encore dans l’énergie d’un voyage qu’il vient de faire à New York et avec seulement deux semaines en résidence pour préparer l’exposition, il travaille avec fièvre. Outre les motifs déjà éprouvés comme le Cœur, le Diamant et le Pied de biche, de nouveaux motifs, tel le Poing américain, apparaissent. Les blasons à rubans, les motifs décoratifs végétalisant, les typographies inspirées des enseignes américaines surannées, les croquis anatomiques, les silhouettes des amis ou des personnes simplement croisées dans la rue… tout s’additionne. Concevant, comme toujours, l’espace d’exposition dans sa globalité, il y fait entrer un pied de biche de 6 m de long, version 3D des séries de pictogrammes à larges contours noirs qu’il décline depuis les années 90.
Dans les thèmes, on lit son engagement, – le pied de biche géant ouvrira la porte d’une mairie locale fermée à l’art contemporain -, est aussi une noirceur peu habituelle chez l’artiste (Boredom, Nausée, Desperate kingdom, Failure, Meeting…). De cette série produite en un éclair, on retient l’intensité, qui se dégage des rayons lancés par le cœur de Glow in the dark, et qui préfigure l’exposition qui va suivre « High voltage » (Haute tension).
Une exposition présentée à la Maison*Atelier, MJC des Trois Maisons à Nancy suite à une résidence du 1er au 14 novembre 2010. Elle s’inscrit dans la série des Petites formules de l’A. proposée par les artistes qui occupent ce lieu.

 

Comments are closed.

Set your Twitter account name in your settings to use the TwitterBar Section.